Créer mon blog M'identifier

Un éléphant ça "TRUMP" énormément !

Le 11 novembre 2016, 12:30 dans Humeurs 0

http://site.erin.free.fr/Quizz/Nature/Canardquiz.jpg

Une réaction face à ce séisme qu'est l'élection de  :

DONALD  ( COIN  COIN !!! )

TRUMP  ( OH, LA BELLE TROMPE !!! )

Raciste, profondément misogyne, absolument incompétent en matière de réchauffement climatique, fantasque, double face, d'une fatuité incroyable, cette façon qu'il a eue de se présenter au monde comme un futur Président des Etats-Unis m'a interpellée ...

Mais, en fait, ce qui m'étonne encore plus, c'est comment des gens censés peuvent voter pour un homme aussi arrogant, colérique à ses heures, d'une double personnalité aussi marquée et d'un toupet démesuré,  Je me demandais même s'il n'en portait pas un de "toupet" sur sa tête, tellement ses cheveux ressemblent à un ersatz de crin de cheval !

J'ai tenté d'analyser la situation et j'en ai conclu que :

Depuis 8 ans les Etats-Unis étaient dirigés par un homme black, ceci n'a pas plu aux classes moyennes blanches pour la plupart, voire aux minorités. Alors là, maintenant, élire une FEMME ( oh, MY GOD, A WOMAN !!!... with a "pussy".....), cela aurait été le comble de la déchéance pour ces populations qui se sont senties délaissées par le gouvernement OBAMA.  Elire une femme, être dirigé par une femme, montrer qu'une femme pourrait être supérieure en tout point à l'homme blanc de la classe moyenne, voire les minorités, puisqu'elle accéderait au plus haut niveau de pouvoir qu'est la Présidence des Etats-Unis d'Amérique, it's not possible... A WOMAN !!!

L'exercice du pouvoir AUTORISE TOUT (et n'importe quoi), c'est, je le pense, la raison pour laquelle les hommes tiennent à le conserver ; Voici quelques bonnes raisons de ne pas partager :


-1- Le PRESTIGE d'être le "WINNER".........And the winner is  :  "DONALD TRUMP" , sur fond de musique "EYE OF THE TIGER" du film ROCKY BALBOA avec Silvester Stallone. Ah, cette musique, elle vous propulse au sommet rien qu'à l'entendre, non ?

-2-  L'argent : Les salaires mirifiques, les retraites démentielles même s'ils n'exercent que quelques années aux plus hautes fonctions .......

-3- Les avantages en nature :  logements à titre gratuit, vacances à l'autre bout du monde, safaris pas seulement pour traquer le lion mais plutôt la gazelle, frais de représentation : restaurants, hôtels, transports et pas des moindres (limousines, hélicoptères, avions privés), réceptions, domestiques, ... etc...

 -4- Les débordements sexuels de toutes sortes. Ils peuvent piocher çà et là les différentes "concubines", voire concubins (on appelait cela les "mignons" autrefois), qui leur rendront le pouvoir plus "attrayant". Dans ce monde impitoyable il faut bien se lâcher un peu, non ? Après tout, un homme est un homme, et son sexe fait bien parfois office de cerveau ...  (Félix Faure mort dans les bras d'une demi-mondaine ; Mitterand et sa double vie avec Anne Pingeot, Mazarine en est le fruit ; Chirac "séducteur" invétéré ; Bill Clinton et ses scandales outranciers ;  le Roi de Suède et ses escapades sexuelles en pagaille ; le Prince Emmanuel de Savoie etc etc ...). 

Ah, ils sont cleans les hommes politiques ! Les femmes de pouvoir n'en font tout de même pas autant, d'ailleurs leur en laisserait on la possibilité ? Le monde serait-il prêt à accepter qu'une femme se comporte d'une manière aussi débridée, aussi mégalomane, aussi hystérique que les dirigeants mâles, tout en exerçant le POUVOIR SUPREME ?  Il n'y a pas besoin d'aller aux Etats-Unis pour cela, regardons autour de nous !  Je pose la question, si, si !  Il en va de même pour les ecclésiastiques exempts de femmes, par exemple.

Si se présenter aux bras de femmes hyper sexy et beaucoup plus jeunes, rouler en voiture de luxe, faire le "cow-boy", celui qui tire sur tout ce qui bouge, inscrire son nom en lettres capitales sur toutes les tours environnantes, est un exemple pour les Américains, je ne vois pas en quoi l'Américain moyen peut s'identifier à ce soi-disant changement ....quel leurre, quelle démesure ! Et l'image des femmes dans tout ça ?

Cela me fait davantage penser à un CLIP DE RAPEURS QUI SE LA JOUENT MACHOS dans des limousines lustrées auprès de bimbos dénudées, qu'à un homme de 70 ans prêt à "relever" l'Amérique.

 Bon, allez, espérons que je me TRUMP !!!

Afficher l'image d'origine

Barrissement général pour la suite des évènements !!!

 

J'AI LES CHEVEUX FRISES, ET ALORS !!!

Le 7 novembre 2016, 21:26 dans Humeurs 0

 

Bonjour,

Cela fait un bon moment que je souhaitais aborder ce sujet.

Et oui, j'ai les cheveux frisés, et depuis toute petite.

A cette époque, jolie brunette bouclée, pas de problème ! On m'aimait telle que j'étais, on me flattait même : Au moins, toi tu n'auras pas besoin de permanente plus tard ! Au moins, toi, tu as du volume !..........

J'ai vécu toute mon existence jusqu'à présent, tiraillée par les modèles existants :   on me voulait raide, j'étais frisée ;    j'étais raide (rarement), on me trouvait finalement mieux frisée !

Quand je me regarde, je vois une femme brune, reflets auburn, un visage poupin, des yeux noisette vert, une jolie petite bouche bien dessinée, et je me dis : finalement, pas mal les frisettes............ Elles vont bien à ta physionomie, avec ta bouille. Bref, je me suis habituée à mon style, depuis tout ce temps ...

Pourtant, il y a vraiment des gens qui sont indélicats ; vous me direz ce que vous en pensez !

Il y a une quinzaine de jours, je suis allée à une "Rencontre cinématographique méditerranéenne". On y présente des films d'auteurs, tous purs produits de la façade méditerranéenne : Italie, Maroc, Tunisie, Iran, Chili, Espagne, Portugal, Algérie, Israël, Grèce, France bien sûr, etc, etc...

Ce jour là, il s'agissait d'un film iranien : "LE CLIENT". Je me suis glissée dans une rangée pour trouver une place. Enfin assise à la droite d'un homme, sa femme me lance, d'un air narquois : 

-"Vous n'êtes pas blonde ! Mon mari aurait eu la brune d'un côté, et la blonde de l'autre (la femme était brune cheveux raides au carré).  Et, d'un ton inquisiteur, elle rajoute : -"Vous êtes TUNISIENNE ? Vous en avez le TYPE en tout cas, avec vos cheveux frisés.... Vous venez d'où ? ".

Avec ses cheveux raidis, elle ressemblait plus à un PLAYMOBIL qu'à une femme du monde !

 

Interloquée par ce MANQUE DE TACT ABSOLU, (je ne l'avais jamais vue auparavant), je réponds :

-"Non, Madame, je ne suis pas tunisienne. Mon père était Espagnol et ma mère Bourguignonne. Il n'y a pas que les Maghrébines qui ont les cheveux frisés... Remarquez, peut-être bien que les Maures sont passés par là, entre les invasions, les viols de guerre...  PERSONNE N'EST A L'ABRI, VOUS SAVEZ  !  (Et toc !)

Entre temps, je rencontre une amie à un rang derrière moi, et j'en profite pour tourner le dos à cette femme particulièrement INDELICATE (après tout, je n'étais pas sa copine que je sache !).

Plus tard, j'ai réfléchi à tout cela. A mon avis, la femme était jalouse, car lorsque je me suis assise près de son mari, il m'a adressé gentiment la parole par un : Bonsoir, vous êtes bien assise ? je prends un peu de place il est vrai, mais je vais me faire tout petit, entre deux BELLES FEMMES" (il pensait que sa corpulence pouvait peut-être me géner et s'est renfoncé dans son siège pour me laisser passer). Playmobil aurait certainement préféré qu'il m'ignore, qu'il détourne la tête, ou qu'il aille dans son sens à elle, ce qu'il ne fit pas ! Au contraire, à sa façon il me complimentait de m'être installée près de lui ..............

Piquée à vif, il fallait bien qu'elle essaie de me rabaisser par des propos inappropriés.

Une fois le film terminé, Playmobil s'est crue obligée de me dire : - Au revoir Madame  (elle devait se sentir mal à l'aise du ton qu'elle avait employé pour tenter de me diminuer...  Ce à quoi je ne répondis rien,  vu que je discutais avec ma voisine de droite sur ce film.................... L'indifférence n'est-il pas le plus grand des mépris ?

Cela soulève le problème des dictats de la société, du conformisme, du "politiquement correct", et surtout de l'image qui est véhiculée par les médias autour de la femme. Dès que l'on s'accepte telle que l'on est : un brin naturelle, un brin sauvageonne, que l'on a du  charme, un "style" à soi, un "look", une "allure", il y aura toujours des censeurs qui vous feront sentir que vous avez un petit quelque chose de "DIFFERENT"...

Rien qu'à cause de cela, je n'ai pas envie de changer de tête !

Cette femme n'est qu'une maigre représentation des nombreuses fois où j'ai dû me justifier du fait de n'être "QUE" Française de souche Espagnole et Bourguignonne, auprès de gens inquisiteurs, qui ne se souciaient pas de ce que je pouvais ressentir face à leurs propos ; non, ils voulaient seulement assouvir leur curiosité malsaine ! Je n'ai jamais demandé tout de go à une personne son origine ethnique, son poids, sa taille, ou son âge, et pourquoi pas combien elle gagne tant qu'on y est... 

La Société dans laquelle nous vivons est violente, agressive, conformiste, insidieuse... Je pense à toutes celles (les bouches "trop" pulpeuses, les fesses "trop" généreuses, les nez "trop" forts, les seins "trop" gros, les "trop" petites, "trop" grandes, pas assez ceci, trop cela, .............. bref, toutes celles, et elles sont nombreuses, qui ont un "TRUC", ce petit quelque chose qui les met en valeur les bons jours, qui les "SUBLIME" même (car ce charisme là, tout le monde ne l'a pas) , et les fout au rancard les jours de grisaille quand elles se sentent moins bien dans leur peau, à cause de tordus qui leur laissent entendre qu'elles ne rentrent pas dans le moule...

La connerie humaine n'a pas de limite !

Et vous, qu'en pensez-vous ? Avez-vous été confrontée à ce type de mésaventure, plus ou moins insidieuse, qui vous ramène encore et toujours à votre look, vos cheveux, votre nez, votre poitrine ... ou une particularité quelconque de votre anatomie ?

 P.S. : c'est dommage que je ne sache pas bien utiliser suffisamment cette plate-forme , pour apporter des créations au point de vue design de mon blog. Ce n'est pas évident pour moi, mais je m'informe. Faut-il que je prélève un logiciel quelque part et que je l'introduise sur cette plate-forme ? Si vous avez la gentillesse de me le dire, ce serait vraiment sympa, d'autant que j'ai plein de choses à publier, qui sont en préparation.......   Merci.

 

 

 

Les deux pieds dedans !

Le 23 septembre 2016, 12:35 dans Humeurs 0

Je relis ton SMS. L'as-tu écrit seul, sans l'aide de personne ?

Lis ce qui suit, jusqu'au bout, tranquillement ; comprends !

Je t'ai donné la vie, il n'était pas là !

Je t'ai donné mon nom, il n'a daigné te reconnaître que bien après !

Je t'ai élevé, seule, car il ne m'acceptait pas avec mes spécificités ; sa famille, ses parents, ses frères et soeurs, ses deux premiers enfants, passaient inextinguiblement avant moi.

Il se montrait dur, fort du fait qu'il était entouré, alors que je n'avais personne pour me soutenir........

Malgré cela, et parce que je l'aimais, j'ai tout supporté, pendant 6 ans : ma vie de solitaire avec toi, bébé, dans l'Essonne,  pendant qu'il vivait chez son ex belle-mère à Paris, par commodités.............  Puis, je suis partie pour une autre direction, plus tard ...

Il s'est toujours montré, avec moi, dur, psycho-rigide, égoîste, m'imposant son mode de vie plutôt que composer avec moi.

J'ai crevé à petit feu, avalé des couleuvres pour le garder, mais rien n'y faisait ...........

A l'époque, je travaillais comme démonstratrice chez Nespresso (tout un poème ...) ; il te prenait lorsque je n'étais pas présente, les week-ends ou même la semaine lors de mes déplacements pour le travail !

J'en mourais de ne pas le voir, de ne pas construire ma vie avec lui ............ Il ne bougeait pas d'un cil !

- "Ce n'est pas anodin ce que je te dis là ; c'est ce qui explique ma réaction de lundi soir, un peu brutale, certes, .......... mais tes propos étaient tellement maladroits, à la limite de l'irrespect pour ta mère ............ cette mère que j'ai toujours mis un point d'honneur à être pour toi !".

Le temps a passé, difficile, cruel, mais je t'ai élevé, donné les bases d'une vie "éclairée", mais sans l'aide de ton père. Tu avais une santé fragile. Un asthme persistant et de l'eczéma ............. Combien de fois ai-je dû t'emmailloter dans une couverture en pleine nuit pour t'amener à l'hôpital................... Ton père t'aimait, il t'a toujours aimé ............ mais il ne m'a rien laissé passer.  En se comportant avec tant de dureté, il ne pouvait omettre que cela aurait une implication directe sur ton éducation........... Fragile émotionnellement, je souffrais ; les crises entre nous, les haussements de voix, les remises en questions permanentes, le besoin d'étreindre cet homme que j'aimais, me renvoyaient encore et toujours à ma vie d'avant, où le manque d'amour et d'affection s'étaient tant fait sentir : chez mes parents .................. J'ai dû aller plusieurs fois faire valoir tes droits auprès du tribunal, me battre pour obtenir des aides pour vivre...... J'en ai bavé, et j'étais désespérée de ne pas pouvoir t'offrir une famille unie ... je savais, je comprenais combien cela était douloureux pour toi aussi ...

Chez "eux" le statut des femmes, lorsqu'elles ne sont pas obéissantes, n'existe pas !

C'est une sorte de répudiation que j'ai subie de la part de cette "magnifique" famille...

J'en ai souffert plus que je ne l'aurais cru, ma peine était interminable ...... Pas de soutien, pas de réconfort, rien !

Je t'ai appelé "Fabien" pour garder la contraction de :

"François et Damien" (tes deux demi-frères), afin de mettre tous les atouts de ton côté à avoir une famille du côté de ton père, puisque, malheureusement, du mien, il n'y avait personne digne de cela...

J'ai fait en sorte que tu vois ton père largement plus que ne le prévoyait la loi, pensant d'abord à ton épanouissement, plutôt qu'aux dictats de la société ou à mon intérêt ... Je sentais que je devais le faire, pour toi, plus tard !

Maladroitement parfois, mais avec beaucoup d'amour, je t'ai amené sur le chemin de la vie : sport, culture, nourriture et vie saine, quelques petits voyages tous les deux qui faisaient partie de cet apprentissage........... et puis le goût du travail .................

J'aurais tant aimé que tu fasses de hautes études ; tu n'as pas voulu ! Pourquoi ? Je m'en doute un peu.......... Tu cherchais à être autonome, libre, à t'assumer, pour te prouver quelque chose peut-être, pour échapper à ces non-dits, cette chappe de plomb, que sais-je ...

Je t'ai laissé choisir ta route et j'ai toujours, et j'instiste bien, toujours, été à ton écoute !

J'ai passé énormément de temps à t'amener et te ramener de chez Gorane. Partis à 6 h du matin, (je t'attendais non loin de là en occupant mon temps comme je le pouvais)... nous repartions à 15 h. A cette époque tu étais en formation pratique en entreprise à 50 kms de la maison ...........

Il y eut des heurts avec ton maître de stage et je suis intervenue, traitant cet escogriffe de "petit con".

Des envies d'autre chose se sont fait sentir : -"Maman, j'ai envie de me réaliser différemment à présent ".

- "ok, mon fils, on y va !"

Nous n'étions pas bien riches, mais le stage a été payé, le brevet obtenu... D'autres perspectives se sont ouvertes pour toi... qui font ton bonheur aujourd'hui.

Depuis ton premier souffle, je t'ai toujours soutenu :

- la "justicière" lorsque tu étais enfant (c'est toi qui me surnommais ainsi),

- puis "la mère poule" plus tard, mais pas étouffante, non, l'accompagnatrice plutôt !

Tous ces efforts, tout ce temps qui t'a été accordé, toute cette énergie, je les ai mis à ton service, pour, et encore une fois avec quelques ratés, faire de toi l'homme tendre, solide et honnête que tu es devenu ............. Je me complais à dire : doux et fort à la fois !!! (Mégane confirme cela je suppose !).

Lorsque vous avez eu quelques motifs de griefs tous les deux, j'ai consolé Mégane, je l'ai écoutée !

Récemment, lorsque tu es tombé malade, après avoir tant oeuvré pour ta maison, je suis arrivée au plus vite, apportant tout mon savoir pour soulager ta grande fatigue, comprenant, écoutant ; 3 jours durant, je suis revenue vers toi, pour toi, de tout coeur ......

Mais moi, pendant ce temps, qui prend soin de m'écouter lorsque je souffre, de me soigner lorsque j'ai mal, de venir lorsque j'ai besoin d'aide ........... Qui ? Toi ?

Je te laisse répondre à cela en ton âme et conscience, mon fils !

Prends la mesure des choses, vois ce que j'ai fait pour toi, aie conscience ..........

Je t'ai permis de côtoyer la famille M uniquement par ma grande ouverture d'esprit, par mes actions en faveur de ton bonheur futur, pas du mien ! Non reconnu, qu'aurais tu espéré de ces gens ...

J'ai fait abnégation des souffrances que cette famille m'a infligée pour que toi tu bénéficies d'un cadre, d'un groupe, d'un soutien qu'ils ne m'ont jamais prodiguée..... à moi......... la pièce rapportée !

C'est grâce à la main de cette mère là que tu t'es envolé vers des arbres remplis de fruits ........

C'est par cette grandeur d'âme là que tu as trouvé une famille .....

Je ne pouvais te l'offrir par moi-même ; mon passé, ma famille désunie, le manque d'amour et d'affection des miens, tout cela je ne voulais pas que tu le subisses, en tout cas le moins possible.

Et tu oublierais tout cela, en me parlant ainsi  ?

- Toute la "famille" sera réunie dimanche, ils seront 14 de leur côté. Tu prends tes responsabilités si tu ne viens pas au barbecüe que nous organisons, Mégane et moi, pour fêter notre nouvelle maison....

 

 

 Les hommes divisent instinctivement les femmes en deux catégories :   -les femmes "comme il faut", et  -les femmes "comme il en faut". - "L'Ange et la Bête" - Diviniser la femme ou l'abaisser, c'est toujours la tenir à distance - Françoise PARTURIER -

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir la suite ≫